Aller au contenu principal

La cime ne me contredit pas dans « Mare Nostrum » – lecture de Marc DECOUDUN

Par Marc DECOUDUN

De la page blanche au livre, il y a l’inspiration, le travail, le talent. Dans son nouveau livre, “La cime ne me contredit pas. Essai de liberté esthétique”, Arta Seiti transforme cette tension en une expérience poétique singulière et féconde, connectée à la vie, au monde, à l’univers.
“Je viens de l’abîme.” L’anaphore vient scander ce manifeste poétique. La création se vit dès le rectangle blanc de la feuille. L’espace devient un volume, une, deux pièces vides. “Je viens de l’abîme. Le creux m’appelle” nous dit-elle. S’il peut y avoir du plein, c’est d’abord parce qu’il y a du vide. Créer n’est pas emplir, remplir ces pièces, ces espaces pleins de vide, mais c’est parce qu’il y a ce creux en chaque artiste que les artistes créent. “Sens-tu la lumière de mon gouffre, de ma soif de créer ? (Lire la suite)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Retour au semblable

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Récents

Follow L'inquiétante étrangeté on WordPress.com
%d blogueurs aiment cette page :