Catégorie : Poèmes

+

Quand deux lectures se rencontrent

Etienne Ruhaud, Animaux, Editions Unicités, Paris, 2020 (citation) Les lunes Vastes méduses volantes, descendues des plateaux du ciel. La forme est presque ronde. La surface tachée de cratères, de crevasses, de varices, balafres sur une peau grise et rugueuse, éléphantesque. Enormes ballons à moitié dégonflés, flottant par-dessus la ville, les champs, apparus après le mois de pluie, comme des saletés à l’horizon, un point … Lire la suite Quand deux lectures se rencontrent

+

Commencement

Dans une région lointaine Répliques d’un océan primitif Souffle effleurant la face de l’eau Noyaux d’atomes qui déterminent une configuration D’éléments chimiques, signe d’un commencement Origine de l’être Eau salée de l’infini Lieu obscur Engendre la lumière Premier mot Commencement suprême D’eaux surgissant d’emblée Avec une source qui jaillit L’abîme se dévoile, ainsi Un miroir double des âmes Condition d’une survivance Des morts et … Lire la suite Commencement

+

Bonjour Soleil

Bonjour Soleil Je n’ai pas besoin d’élucidation Ce matin mes yeux te scrutent Et connaissent une forme de soi Rien n’est plus manifeste que la lumière Bonjour Soleil Ce matin mon cœur se réveille D’un sourire comme un acte de présence Comme un revirement du passé au devenir Ce matin ma figure figée saisit autrui Par une blanche lueur sensible Bonjour Soleil Fais briller Les yeux tremblants d’un ailleurs souffrant Les paroles d’oiseaux dans les affres … Lire la suite Bonjour Soleil

+

Nous te le rendrons

Astre blanc Approche-toi Irrigue-nous Brûlante orbite Perce nos yeux Qui te scrutent Couleur de lune Rends-nous Ton disque rayon Pleine lune, lune pleine Nous t’attendons Nos ombres en phare et feu Lune montante Anime-nous cette nuit Eveille-nous Projette ton éclat Lune reflet Apporte-nous Toutes tes phases Lune rousse d’avril Lune de feu de mai Lune en pétales Lune de nos peaux Enveloppe-nous ce soir … Lire la suite Nous te le rendrons

+

Et la muse vient

Les vagues ondulent Mais silence ! La mer est calme Mais silence ! Onde et résonnance D’une respiration, D’une matière qui se souvient Comme la mémoire des parois rocheuses Et du tapis de mousse vert gris, Soudain surgit un monde intermédiaire Et ma volonté prend chair Soudain le désir s’incarne Et s’éveille Ô battement qui arrive Ô furie inspirée D’une couronne de myrtes et de roses … Lire la suite Et la muse vient

+

« Opera Palas », lieu du théâtre de l’être – Impressions sur le roman d’Alain Santacreu

 Impressions sur le roman d’Alain Santacreu Opera Palas, Alexipharmaque, 24 mai 2017 Je viens de terminer la lecture du roman d’Alain Santacreu, Opera Palas. Au cours de la lecture, je réfléchissais au renversement que l’auteur donne intensément à entendre. Au  lieu du renversement. Ce « je » du cœur, après la mort du moi, est un voyage initiatique, philosophique, esthétique qui interroge la perspective romanesque, les … Lire la suite « Opera Palas », lieu du théâtre de l’être – Impressions sur le roman d’Alain Santacreu

+

Duel

Il neige à Paris !Si le duel de PouchkineMe rappelle la neigeEt si ce duel me conduit à un combatMoi, c’est au verbe vif et véhémentQue je demande un duel, Ô JoieMélodie de lèvresSous cette lumière De cristaux de glace, je suis en duel ! Une apparition muette    En noir et blanc surgit, Pins d’une forêt-témoin D’Anthès tire le premier Pouchkine s’éffondre Mains tremblantes De son double, Lenski Et Gontcharov … Lire la suite Duel

+

Tarantella

Jambes insaisissables Incontrôlables Visage méconnu Mes bras élevés Torse, cri et castagnettes Tournoient sur un rythme vif Envahie du son du tambourin Je me détache du venin d’antan J’affronte la folie par la folie Commence ainsi un rituel     D’un mouvement effréné   A moitié dépouillés Mon corps et moi Ne sentons plus la pesanteur Joie souveraine et cérémonielle Viens m’aliéner C’est une belle folie … Lire la suite Tarantella

+

Musique de l’âme

Je touche. Et c’est vide. C’est ma case-ciel. Cette quête comme une quintessence de ma vie.Entre moi et le ciel, il y a la musique. Mes vers. Mes élans. Souvent un rythme que j’insuffle aux mots. Dans la chair des consonnes, je sens le retentissement des voyelles. Je cours après les couleurs. Mon être a un lien singulier avec elles. Un mélange féerique d’oranges … Lire la suite Musique de l’âme

+

Quand je rêve

Quand je rêveRougeBlancOeilDoigtBout de lèvresCiel exploséJauneDe TurnerRoseSurréalisteOrange pourpreEnsanglantéDe SoutineCarrés de couleursEn bleuEn blancEn rougeUne unitéDe De StaëlLe beauDe DixDans une déflagrationChromatiqueEt vientCe rêve bleu Yeux fermésMes nuagesPrennent toutes les couleursEt la muse RedonienneRessemble à moiSur un PégaseQue je chevaucheOrangeMauveBleuLa lumièreMe traverseEt je m’endors.

+

Mon tableau

Débordement de particules, cailloux et boulesS’enchaîne et fait irruptionÉcho que je hume  Espace que je scrute   Sur un  tableau irradiant ma chambreTeinte chaude et touches puissantesCommencent  à orner  mes mursTombe une tempête  de fumée  rosePâleComme  des  ombres   fugaces  fuyant  Pour  trouver refuge  dans une  tourUn son  aigu  semble   provenirDe ce tableau  et  retient  tout bruitLe  temps  s’écoule  vers un  éternel   Vers des fouillis de notes musicales  Ô  désir  nerveux … Lire la suite Mon tableau

+

Volja*

EtendueEnsemble  interminableComme  libertéUn  mot  de Dostoïevski Volja Au fil des  siècles Epreuve de l’être humain Volja Vœu et volonté  Pouvoir et liberté  Volja  Non  captive   Non esclave  Non  contrainte  Donne libre cours  Aux  émois  A  la parole   A la  conscience   Je marche et j’agis   Volontaire    J’affranchis    Je pense et fais un choix   Je  fais  du  feu   Volja   Oiseau  en vol   Liberté  dionysiaque    Vite  Volja    Fredonne avec nous    Une  chanson unanime    Ses rythmes     Ses refrains – corps à corps    Volja   Aérienne et légère Reviens  dans les champs Buissons et  bois Vois-tu  … Lire la suite Volja*

+

Nervalienne

Les yeux fixés sur le feu  Une illumination de traits bleuâtres  Trouble ma vue  Fantôme   Réincarnation   Ressemblance    Tableau    Eblouissent  Les prés semés de marguerites   Le lierre grimpant  Par – dessus les murs    Le mirage m’irradie     Et les corolles dentelées     Eclatent   Une cloche sonne   L’air est embaumé    Le ruisseau murmure     Une réminiscence      … Lire la suite Nervalienne

+

Entre

Je suis entre une page blanche et des mots Pour écrire des vers éternels Ecrire et prononcer l’inexprimable Dans sa nudité ici-bas Au creux de la vérité Communiquer par des mots Une médiation en pleine sagesse Ne pas détruire le passé Ne pas perdre La beauté universelle La vérité L’honnêteté  La   justice  Ne pas perdre la moitié de l’âme  Ne pas se courber  Je … Lire la suite Entre

+

Ahurissement comme seuil

Dernière contribution pour les Rencontres Transdisciplinaires du Centre International de Recherches et Études Transdisciplinaires du CIRET – N° 25, Décembre 2020 – QUE FERONS-NOUS DE CETTE ÉPREUVE ? (Lire les autres contributions) Ahurissement comme seuil   Il est venu le temps d’une atmosphère élevée où penser le revers d’une réalité caractérisée par une acuité inédite, me semble la seule puissance digne.  Notre seuil. L’élévation … Lire la suite Ahurissement comme seuil

+

Ma tournière

Me laisser emporter par le temps Où l’on se construit soi-même Attendre une année courte  Non de jours longs  Nous rejoindre entre certitude   Et même incertitude   Ouverture    Dans cette tournière non-cultivée    Que j’arrose toutes les nuits    Distinctement   Je trace mon chemin  Dans cette terre  libre Tournière de ma vie  Indispensable tournière  Pour faire soi le temps  Vivre et … Lire la suite Ma tournière

+

Kasimir Malévitch, Supremus ou la liberté de l’infini (texte intégral)

J’ai percé l’abat-jour bleu des restrictions descouleurs, j’ai débouché dans le blanc ; camaradesaviateurs, voguez à ma suite dans l’abîme, car j’aiérigé les sémaphores du suprématisme. J’ai vaincula doublure bleue du ciel, je l’ai arrachée, j’ai placéla couleur à l’intérieur de la poche ainsi formée etj’ai fait un nœud. Voguez ! Devant nous s’étendl’abîme blanc et libre.– Kasimir Malévitch, Le Suprématisme. Veuillez retrouver le … Lire la suite Kasimir Malévitch, Supremus ou la liberté de l’infini (texte intégral)

+

Île

J’ai  repris  le chemin  Vers une  île  Pour rejoindre l’humanité tout entièreJ’ai quitté le  berceauPour rechercher  un airAutour  des orbitesUn  règne  de forces  vitalesJe suis  conviée autour  du  Soleil  Scruter la  vie qu’il éprouve  En un lieu  accueillant. Je  suis  partie  à la conquête   D’une  cause  commune      Qui ne  cultive  pas  le  délitement      Ni ne modélise  ni ne rationalise       Le  Jardin      Je ne souhaite  pas  abandonner       Mon  … Lire la suite Île

+

Un balcon avec moi

Dans  mes bras  Des  feuilles touffues de basilic,  Dans mes mains  Un  pot d’une plantation verte   Que je tiens  soigneusement   Comme un reliquat,   Comme un cadeau d’un ailleurs,    Feuilles  suaves     Miroitantes comme  avant :      Un pot  de basilic        Et je voyage      Dans le balcon de mon enfance        Rempli  de  branches de basilic et de géranium  élancés,       Feuilles  dans  les mains de  ma grand-mère   Feuilles  citronnées … Lire la suite Un balcon avec moi

%d blogueurs aiment cette page :