Catégorie : Poèmes

+

Tournoiement

Tournoiement Au réveil, ce velours vert n’est pas en repos L’écorce humide et l’herbe silencieuse attendent la lumière Les feuilles enroulées sur elles-mêmes, vont être bientôt irriguées de rayons d’or. Ma danse commence, se déploie. C’est l’heure du tournoiement.

+

Une muette riante

Je chante pour une musique rare Pour l’exception du silence Lui laisse la place et me donne A l’intensité  De son vide  Au silence de l’être  Au silence de l’absence.  Je fais mien ce mutisme  Et l’interroge   Alors qu’il s’empare de ma voix.   Toute à lui, puissante    Aporie d’êtres    D’objets   Mon silence enrobe mes vases    Enrobe les mots … Lire la suite Une muette riante

Portes

Devant cette porte Une clé rouillée ne m’autorise pas,  Je n’ai pas la permission de franchir  Cette porte Qui m’invite… (la suite audio)

Pour un effet de style

Gougnafier   Ce lourdeur   Impoli    Cria un paltoquet     Et de parler tout bas     Comme les polis     Bons à rien       Repris un autre       Grossier       Et tous ensemble       Nous faisions des louanges       Aux hypocrites     Aux êtres surprenants      De néologismes       De trouvailles       L’impoli  insulta       L’hypocrite  se révolta       Gougnafier Galapiat    Paltoquet !      … Lire la suite Pour un effet de style

Franchir une haie

Franchir une  haie    Humer les brumes de l’enfance    Idole et temple de mon jardin     Êtes – vous  toujours là ?  Buissons aimés,   Ce  square de la Jeunesse     Cette allée  cavalière     Où j’apprends à lancer  des pas     Lents et  décisifs,     Franchir une haie     Et une voix  vibrante      D’un chant polyphonique       Que j’écoute   Franchir … Lire la suite Franchir une haie

L’oeil rond

Un œil  rond sur le front Mon monstre géant    M’éclaire,    Son soleil –     Reflet sur ce tapis     Me rappelle      Un Cyclope      Ô douceur,      Ce rêve        D’un géant tendre,              Son ombre            Impalpable           Me hante,           Son œil  scintille            Mon Cyclope jaune,              Que viens-tu faire               Dans mon rêve ?               Ulysse               Homère               Renaissent, … Lire la suite L’oeil rond

Nous te le rendrons

La clarté de la lune Qui nous drapait, Fit briller ma robe fleurie    Et ses yeux  Qui se levaient à peine,   Astre blanc    Approche-toi    Irrigue-nous De  cette voilée    Eclatante,     Perce nos yeux     Qui te  scrutent     Couleur de lune,       Rends-nous        Ton disque          Rayon        Pleine lune       Lune pleine        Nous t’attendons,          Nos … Lire la suite Nous te le rendrons

Ame contre âme

Il est venu se poser sur mon âme       Il l ‘a  scrutée et sorti ses jumelles :        Ah, mais  ce n’est pas une  âme           que vous avez !           Oh, si mais à l’envers !        Et moi de voir  son âme qui était bien droite          Polie et  de velours          Ronde et brillante         Ame contre  âme        J’ai commencé  … Lire la suite Ame contre âme

Lucarne

 Lumière, Fil de lumière qui me vient De loin, Lucarne, Là  où je peux  entrevoir  un carré de Ciel Nuage Silence Cris de mon corps Dans un ruisseau de pensées Âpres Noires, J’ai  confiance en cette lucarne Où tout a commencé. Lueur nocturne, Inspirante écriture, Lucarne Qui porte mes couleurs Mes souvenirs en forme  de brumes, Mon avenir  douteux, Soleil  lucarne,            Soleil Qu’elle … Lire la suite Lucarne

Ligne de fuite

« La Barque Mystique », Odilon Redon (Wikimedia commons) Un bateau, Serait – il étendu Sur un océan de pelouse ? Sa voile  jaune  canaris Où  le soleil  se pose Son  bois violet Où tous les myosotis Ont – ils trouvé refuge Dans  cette  forêt que je contemple Est – ce mon regard Sur un  départ ? Une nouvelle fuite Vers un ailleurs Où l’eau  se … Lire la suite Ligne de fuite

Ombres apeurées

Sur un tapis de mousse humide La lumière de décembre effleure Mes doigts tremblants couverts d’un vernis rouge, Les ombres apeurées De ce rayon hanoukien Recroquevillées dans leurs épaules maigres Contemplent néanmoins La lumière de mon corps Souverain.

Les champignons

Les champignons C’est  un âgé Un homme à moustaches Longues et blanches C’est le seul du village Un endroit en disparition Il se nourrit  peu Il ne parle plus Il est l’ami des champignons Et vit d’une pension  agricole Qui arrive  rarement Alors Il commence à coiffer ses moustaches A cueillir des champignons A se laver dans le ruisseau Après avoir enlevé Son bonnet … Lire la suite Les champignons

%d blogueurs aiment cette page :