Aller au contenu principal

Réveil

« Tête noire », 1957-1959, (c) Collection Fondation Giacometti.

Des personnes se meuvent-elles dans une atmosphère qui leur est propre ? Elles essaient de se raccrocher à des accessoires, des ébauches de meubles, des rideaux troubles, pour prendre appui sur des objets dont la présence suffirait à les rassurer. Depuis l’informe jusqu’à la forme, leurs gestes, convulsifs et inutiles, encore empêtrés de sommeil et de songe traînent.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Retour au semblable

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Récents

Follow L'inquiétante étrangeté on WordPress.com
%d blogueurs aiment cette page :