Aller au contenu principal

Presque mots et rythme

En rythme (Rhythmisches), Paul Klee (1879-1940) (c) centrepompidou.fr

Presque mots et rythme

 Mon poème est une pensée. Une pensée sur la transformation. Le sujet du poème est transformation.

Lorsque l’émotion secrète surgit, mûrit, devient expérience, j’écris, et la vie mue en langage et le langage en vie. Le sujet du poème passe de l’inconnu à l’invention d’un silence, des presque mots, des presque sens, d’une ligne qui remue un lieu, qui le retourne et l’atteint. Et mon poème s’élance, élan d’une mutation, étrangeté d’ « une  subjectivation maximale » (cf. Henri Meschonnic), imagination visuelle pour reconnaître ce que l’on ne sait pas, ce que l’on ne dit pas.

Un secret inachevable.

Mes presque mots coulent dans la lumière.

Rayons sur le visage.

Le poème arrive avec la voix et la voix avec le poème. Rythme comme hantise, comme un chant intime et extérieur pour détruire les signes et les consensus. Une ligne, et je fais rentrer mon corps dans le langage. Un mouvement, et le sujet du poème pousse des cris de bouleversements.

Rythme, mais je ne sacrifie pas le secret, l’inconnu. Ainsi, je défends la poésie.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Retour au semblable

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Récents

Follow L'inquiétante étrangeté on WordPress.com
%d blogueurs aiment cette page :