Aller au contenu principal

Brûlent

(c) A.S.

A la cime ardente  des langues,  flèche de  feu, à l’extrémité   du  refrain, pôle magnétique, une mélodie de  lèvres enveloppées d’un velours pourpre !

Tourbillon  de  goûts suaves, muses d’airs  chauds,
 têtes   virevoltantes !

A la pointe de l’aurore, les pyramides des langues brûlent.


    

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Retour au semblable

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Follow L'inquiétante étrangeté on WordPress.com
%d blogueurs aiment cette page :