Aller au contenu principal

« La chemise jaune » de Maïakovski

 

V. Maïakovski (1893-1930)

La chemise jauneЖёлтая Kофта

« Je n’ai jamais eu de costume. J’avais deux chemises — du plus triste aspect. Un moyen sûr pour se faire beau ? Mettre une cravate. Mais pas un sou. Un morceau de ruban jaune pris à ma sœur. Noué autour du cou. J’ai fait fureur. J’en déduis que la cravate est ce qu’il y a de plus remarquable et de plus beau chez l’homme. On dirait que le succès augmente avec sa taille. Mais comme ses dimensions restent limitées, il m’a fallu ruser : j’ai fait une chemise-cravate et une cravate-chemise. Impression inexprimable. »

  Vladimir Maïakovski, Moi-même, 1922

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Retour au semblable

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Récents

Follow L'inquiétante étrangeté on WordPress.com
%d blogueurs aiment cette page :