Aller au contenu principal

Après trois ans de la parution de « Nimbes », les voeux de la Maison Vedette (passage)

NIMBES, Fauves éditions, août 2018

Ce jour-là, j’étais en quête d’une sensibilité, qu’elle

soit rare ou fausse, je voulais voir sa face et l’apercevoir

au sens cru de son success story, afin de pouvoir me

rendre compte de ses degrés de performance. Dans une

société en perdition et en proie à des images, j’ai eu

l’idée de m’introduire au milieu d’individus suspects.

Je cherchais à capter le monde en vogue où chacun se

construit une vie au strict sens d’une vie marchande.

[…]

La démarche sereine, je regardais les

publicités et les affiches, celles qui m’accompagnaient

dans mon chemin. Mon regard se trouvait surveillé.

Une domination à laquelle je ne pouvais échapper.

Arrivée à l’arrêt d’un automate qui sortait une

fumée épaisse, j’ai décidé de me rendre à la Maison Vedette.

Il faudrait que je traverse des nuages transparents,

juxtaposés, pour joindre la queue des gens en quête

d’un cadeau express. La Maison Vedette est assurément,

un nouveau concept de la modernité pour avancer à

l’heure du chronomètre, afin d’être rentable et performant.

Nous recevions en échange un don en papier

que seule cette Maison avait vocation d’en procurer.

Tous à la perfection, attendaient le moment

de leur « devenir » ; ils étaient très aimables et tout

souriants, emplis d’ un trait de béatitude qui les rendaient

par essence, des compétitifs. Un papier à la main, tout

est express ici. Une voix-off nous guidait.

 — Un billet de train pour une romance express, –

j’entends la voix d’une dame  —  pour voir Trieste, comme

dans les romans de Svevo et de Joyce […]

Et tout se réalisait comme par une puissance évocatrice,

alors que la réceptionniste, de prénom Grégoria,

prononçait le mot « Meta-vœu ».

Grégoria a les cheveux délavés blonds, et elle porte des bagues dans

tous les doigts de ses mains. Ces bagues ont des

figures d’animaux et d’insectes, une variété qui se déploie

dans ses doigts bougeant de la vitesse d’un feu que

l’on allume. Parfois, je vois onze bagues alors qu’elle

a dix doigts… Un papillon qui brille sur son

bracelet en nickel flamboyant, la rend attrayante au regard

de tous les performants.

Grégoria est une faiseuse de vœux. Ses yeux, d’un bleu

pâle et jaune à la fois, deviennent parfois rouges lorsqu’elle

elle prononce le souhait à haute voix : « Méta-vœu ».

De ses  lèvres, sortent des lettres de mots qu’elle prononce,

et tout s’interpose avec le mouvement de ses petits gros

doigts, entre les bagues et les lettres. Les gens

la regardent avec admiration cette faiseuse de compétitivité

qui exauce les demandes les plus chères.

La Maison Vedette est réputée pour sa rentabilité. Dans

ses murs, il y des formes d’insectes fabriqués en or, en

signe de reconnaissance dont je ne comprends le sens.

Je m’approche de Grégoria et ses yeux brillent,

dès le premier regard, quand je lui donne mon papier,

avec mon vœu. Elle le prend dans ses mains, et elle

salit tout à coup la feuille blanche  de

taches noire et marron foncé. Je suis étonnée, elle non.

 —  Non, commence-t-elle à hurler, je n’ai jamais

lu cette demande. Sa voix aiguë semble à un rugissement.

Ses mots sont inarticulés, ses cris deviennent

rauques. Grégoria s’enrage et elle commence à perdre

ses cheveux tout en tremblant, alors que ses yeux deviennent

tout rouges. Furieuse, elle pousse un cri ultime

tel un cri d’un chacal au désert ; elle devient peu à

peu chauve et l’on aperçoit mieux son crâne luisant.

Horrifiée par la scène, je persiste à ce qu’elle prononce

le refrain « Méta-vœu », pour que mon souhait

se réalise. Grégoria rugit de plus belle. Grégoria se met

à baver. Cette lugubre métamorphose lui fait perdre

toute sensibilité humaine et je n’attends qu’à fuir… Ses

membres se rétractent avec fureur, je résiste à cette

scène néanmoins, pour lui faire changer d’avis. Bien

que les déconvenues de ses traits m’effraient, je continue

à la prier de prononcer « Méta-vœu ! »

En ce moment, Les fables d’Esope, me reviennent.

Cette mise en scène des animaux  — le loup voulut

dévorer l’agneau et le rat des champs se lia d’amitié avec

le rat de ville  —  se  déploie dans toute sa beauté antique.

J’entendais encore le son aigre de la tortue, lancé comme

un défi. Le renard, comme le juge de la course de la fable

de La Fontaine, ne ressemblait point à ce monstre compétitif auquel je

lui ai enfin prononcé deux mots : « Le devenir animal ».

L’ouvrage de Kafka m’est venu à l’aide par une autre

transformation, cette fois en rendant à Grégoria,

une part d’humanité. « Meta-vœu », a-t-elle balbutié

alors que sa salive visqueuse avait pris la forme d’une

écume qui coulait de sa bouche.

J’ai repris mon automate. Je regardais la flèche indiquant

ma direction, dans le bout de papier. La voix-off,

je ne l’entendais plus. Le brouillard me donna sommeil

et mes paupières devinrent lourdes ; l’automate

commença à me bercer après une telle épreuve.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Retour au semblable

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Récents

Follow L'inquiétante étrangeté on WordPress.com
%d blogueurs aiment cette page :