Les vagues ondulent

Mais silence !

La mer est calme

Mais silence !

Onde et résonnance

D’une respiration,

D’une matière qui se souvient

Comme la mémoire des parois rocheuses

Et du tapis de mousse vert gris,

Soudain surgit un monde intermédiaire

Et ma volonté prend chair

Soudain le désir s’incarne

Et s’éveille

Ô battement qui arrive

Ô furie inspirée

D’une couronne de myrtes et de roses

Bienfaitrice de mon âme

Quelle est cette félicité

Vouée à un souffle sourire

Troublé par l’enfantement

D’une imagination tournoyante

Fuyant en larmes

Rêvant gaiement ?

Aube jaune éternelle

Déchire le tissu des épaisseurs gris

Insuffle les effluves diaprés

Du secret d’un retour,

Je m’élance vers les mêmes points

Traçant des mots suspendus

Prêts à s’éclore,

J’effleure l’écorce argentée des bouleaux

Pour extraire l’unicité d’un air

Du chant des chanterelles

A l’abri du chèvrefeuille corail pâle.

Parole impossible

Des traces de mots

Des traces de regards

Silencieux d’une tension indicible

S’écoulent d’une source secrète

Ô désir tendu

Scansion de rêve

En passe d’advenir

Ô chant et condition

De la poésie,

Couvrez-moi

D’une robe étincelle de vers

De refrains éclairs ondulants

Attente mutine

Perce le silence

Joue ta symphonie amoureuse

Des cadences

Comme une incursion enchanteresse

D’une fête de printemps,

Véhément élan éperdu

Et la muse vient

Et m’embrase.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :