Jambes insaisissables

Incontrôlables

Visage méconnu

Mes bras élevés

Torse, cri et castagnettes

Tournoient sur un rythme vif

Envahie du son du tambourin

Je me détache du venin d’antan

J’affronte la folie par la folie

Commence ainsi un rituel

    D’un mouvement effréné

  A moitié dépouillés

Mon corps et moi

Ne sentons plus la pesanteur

Joie souveraine et cérémonielle

Viens m’aliéner

C’est une belle folie que je soigne

Par la tarentelle

Scène envoûtante

Vertige inventif

« Pizzica » jouée sur six octaves

Plonge-moi dans ce bal endiablé

Hâte, tourbillon, frisson

Invite-moi à danser encore et encore

Empare-toi de moi

C’est la « Notte della Taranta »

Et mon regard s’est arrêté dans les Pouilles

En Calabre

Dans le sud de l’Italie

Là où une femme danse

Jusqu’à épuisement

Pour guérir du venin de la tarentule.

Mes bras s’allongent vers ces terres

Peu à peu

La respiration me guide vers ma chambre

Allongée

Paupières closes

Muscles point extenués

La morsure est en passe de se dissiper.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :