J’ai percé l’abat-jour bleu des restrictions des
couleurs, j’ai débouché dans le blanc ; camarades
aviateurs, voguez à ma suite dans l’abîme, car j’ai
érigé les sémaphores du suprématisme. J’ai vaincu
la doublure bleue du ciel, je l’ai arrachée, j’ai placé
la couleur à l’intérieur de la poche ainsi formée et
j’ai fait un nœud. Voguez ! Devant nous s’étend
l’abîme blanc et libre.

– Kasimir Malévitch, Le Suprématisme.

Veuillez retrouver le texte intégral de l’article paru dans le numéro 3 de Contrelittérature – ART RADICAL – et le sommaire de la revue ainsi que les abstracts des articles ( ici )

K. Malévitch (c) https://art-zoo.com/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :