Eugène Boudin

Ecumes de vagues déferlantes
Se perdent dans la brume épaisse de mes miroirs
   A en perdre haleine.
     Crêtes épurées de jadis dessinent
       Un amas de lettres muettes
     Et je suis au creux de la vague
         Eveilleuse.
       Des flots fervents
      Un jaune et un bleu
         Retombent sur moi     
        Comme une forêt d’expressions
        Missives-écume de mes jours

Nuits inachevées, je retombe et  je renais
             Ecumes  élégiaques
                   Frémissent  le  feu d’un phare
                    Embrasent la  gorge  gaie du ciel
                   Voilent les vibrations de mes créatures
                       Composées de radieuses ondulations
                      Eclaboussent les coquillages  nacres
   Jacassant.
                     Les  vagues de retour, les lettres y puisent
             La langue coule
 S’épuise
                Pour hisser la voile.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :