Les champignons

Homme à moustaches
Longues et blanches
Le seul du village
Endroit en disparition
Il se nourrit  peu
Ne parle plus
Ami des champignons
Il vit d’une pension  agricole
Il rôde
Et commence à coiffer les moustaches
A cueillir des champignons
Se laver dans le ruisseau
S’arrose de la brume des lilas
Les lieux sont tout à lui
Autour sept villages vides
Toute la matinée

Il fredonne un air
Ainsi commence son rite
Les champignons se mettent à frémir
Alors il voit flou
Rêve dans le brouillard
Les arbres se multiplient
Le vert devient plus vif
Sa musique favorite
Résonne
Sa danse retentit
Dans les sept villages

Ses yeux deviennent doux
Il ne parle plus
L’oubli
L’exode.

Février, 2019.

Klimt
Gustav Klimt (1862 – 1918)
Forêt de bouleaux (1902)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :