Aller au contenu principal

« Nimbes », Fauves Editions – Sortie 23 août 2018

Avec Yves Michalon

____________________________________________________________

Il est bon de se retirer souvent en soi-même ; la

fréquentation des gens qui ne nous ressemblent pas

trouble le calme de l’esprit, réveille les passions, et rouvre

les plaies de notre âme, s’il y est encore quelques parties

faibles et à peine cicatrisées. Il faut donc entremêler

les deux choses, et chercher tour à tour la solitude et

le monde. La solitude nous fera désirer la société, et le

monde de revenir à nous-mêmes : l’une et l’autre se

serviront de remède. La retraite adoucira notre misanthropie,

et la société dissipera l’ennui de la solitude.

                                                                                         Sénèque

Le dessin est plus actif à l’égard de ce qu’il enserre

qu’à l’égard de ce qu’il exfolie. Le poète le sent qui s’en va

habiter l’anse d’une volute, retrouver la chaleur et la vie

tranquille dans le giron d’une courbe.

                                                                            Gaston Bachelard

                                                                     « La poétique de l’espace »

Tout débute dans un état de semi-conscience entre le sommeil et la veille, après une journée de promenade dans la capitale, alors que dans la rue, l’on m’offre un brin de mimosa. Je commence, ainsi, dans un état de « haute étrangeté » à méditer, un carnet de voyage intérieur, un va-et-vient mêlant des notations subjectives avec une chronique des temps présent et passé, une géographie intérieure, mi-rêvée, mi-réelle. Une partie inaperçue de moi, indicible, une face cachée et mystérieuse à la fois – qui revient à travers les perceptions, chuchotements, souvenirs, personnages, un vécu, l’art, mes lectures fondatrices… De cette altérité intime, il résulte un rapport au monde d’une « spectatrice » alternant détachement et engagement. » Ce voyage traverse les frontières spatiales, mentales et intellectuelles de manière plus fondamentale. Il s’efforce de circuler du particulier vers une universalité à travers des lignes de fuite dont la création littéraire est le moteur. C’est une « invention de soi » pour culminer sur un embrasement plus universel, un couronnement de nimbes où la symbolique du feu et de la lumière occupe une place centrale. 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Retour au semblable

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Follow L'inquiétante étrangeté on WordPress.com
%d blogueurs aiment cette page :