Aller au contenu principal

Jardin, cendre, un peu de ferraille dans l’herbe

JARDIN , CENDRE, le roman de Danilo Kiš, Gallimard, 1983

Une  écriture romanesque, un  poème  où le  personnage  décrit tout au long  des pages, « la perte »,  « la mort » , « l’évanouissement ». Une  machine  à coudre Singer  refait  toujours  surface : une  longue  description du passé grâce à une  « machine »  qui  évoque  tant le  jardin  que  les  cendres, tant  l’enfance  que la  mort à travers le personnage « mythique »  du  père, et ainsi l’histoire  tourne…

Une  lecture métaphorique  haletante !

Jardin, cendre – entretien de Danilo Kiš :

https://player.ina.fr/player/embed/P12104632/1/1b0bd203fbcd702f9bc9b10ac3d0fc21/wide/

Le retour de l’événement : la mort dans Jardin, cendre de Danilo Kiš et Tsing de David Albahari : https://journals.openedition.org/trans/376 :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Retour au semblable

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Follow L'inquiétante étrangeté on WordPress.com
%d blogueurs aiment cette page :